Lorsque nous parlons d'éducation, bien souvent les personnes font référence à la scolarisation proposée par l’Éducation nationale.

Et beaucoup de parents ont une première question en bouche à la sortie des écoles : « qu'as-tu appris aujourd'hui ? »

Cela démontre à notre sens une vision de ce qu'est l'éducation.

Or lorsque nous parlons de savoirs et de savoir-faire, nous limitons grandement l'incroyable richesse que peut apporter l'éducation.

Le rapport de l'UNESCO publié l'été 2015 apporte une autre vision de l'éducation :

Rapport sur l'éducation : vers un bien commun mondial ?

 

« De quelle éducation avons-nous besoin au XXIe siècle ? Quelles devraient en être les finalités dans le contexte actuel, où les sociétés sont en pleine mutation ? Comment l'éducation doit-elle être organisée ?

 

Le monde se transforme - l'éducation doit suivre. Partout, les sociétés subissent des mutations profondes, et de nouvelles formes d'éducation doivent donc être proposées pour permettre de développer les compétences dont les sociétés et les économies ont et auront besoin. Concrètement, cela signifie aller au-delà de la lecture, de l'écriture et du calcul, et centrer l'action sur les environnements d'apprentissage, ainsi que sur de nouvelles méthodes d'apprentissage qui soient propices au renforcement de la justice, de l'équité sociale et de la solidarité mondiale.

 

L'éducation doit enseigner comment vivre sur une planète sous pression. Elle doit viser l'alphabétisation culturelle, sur la base du respect et d'une dignité égale pour tous, et contribuer à tisser ensemble les dimensions sociales, économiques et environnementales du développement durable.

 

C'est là une vision humaniste de l'éducation considérée comme un bien commun essentiel.

 

(...)

 

Préserver et promouvoir la dignité, les capacités et le bien-être de la personne humaine, en relation avec autrui et avec la nature, devraient être la finalité première de l'éducation au XXIème  siècle.

 

(...)

 

Il est vrai que l'actuel modèle industriel de scolarisation était conçu pour répondre aux besoins de production qui prévalaient il y a plus d'un siècle, que les modes d’apprentissage ont changé de manière spectaculaire depuis vingt ans et que les sources de savoir, tout comme les moyens d’échange et d’interaction avec les connaissances, ont changé.

 

Il est également vrai que les systèmes d’éducation formelle ont évolué lentement et demeurent étonnamment semblables à ce qu’ils étaient au cours des deux derniers siècles. »

 

Pages 4, 40 et 52 du rapport de l'UNESCO

 

Source : MOOC "Education" des Colibris